Grand prix de musique 1995

Léon Francioli

Musicien

Le Grand prix, d’un montant de 100'000 francs, honore une personnalité du monde culturel vaudois qui a enrichi le pays par une oeuvre forte et une approche neuve. Cette importante somme apporte à un créateur reconnu le bien le plus précieux : un temps libéré de contraintes financières.

 

 

Informations supplémentaires

Laudatio

A LA CONTREBASSE QUI A FAIT DE LAUSANNE UNE VILLE DE LIBERTE,

AU PROVOCATEUR QUI COMMUNIQUE FORCE ET FOLIE A SES COMPAGNONS DE SCENE,

AU PRINCE IMPATIENT DE L'ACTION SONORE,

A L'UN DES GRANDS MUSICIENS DE CE PAYS.

Biographie

Léon Francioli est né à Lausanne le 22 mai 1946.

Il étudie le piano et la contrebasse au Conservatoire de Lausanne où il travaille essen­tiellement le rock et le classique.

En 1962, Léon Francioli fonde, avec quelques copains, "Les Aiglons", groupe avec lequel il se taille un succès fulgurant tant en Suisse qu'à l'étranger. Dans les tournées, Léon Francioli apprend l'indépendance, découvre la scène, établit des contacts avec les milieux musicaux et artistiques. En 1969, il devient le complice de Félix Leclerc et les deux hommes joueront ensemble pendant quatre ans. Puis, Francioli accompagne Michel Bûhler pendant plusieurs années.

En 1970, Léon Francioli fortement intéressé par la musique contemporaine, enregistre un premier disque avec les batteurs Alain Petitmermet et Pierre Favre, le guitariste Pierre Cullaz et le saxophoniste Alan Skidmore.

Léon Francioli se joint à l'association musicale Michel Portal Unit, orchestre ouvert à différents musiciens cultivant l'art de l'improvisation, pour jouer en concert à Nantes et au Festival de Châteauvallon avec Beb Guérin, Pierre Favre, Bernard Vitet. A cette occasion, il joue pour la première fois en duo avec Favre. L'expérience est poursuivie jusqu'aux années 1980. Ils enre­gistrent, ensemble ou séparément, sans se priver d'autres aventures, avec John Tchicai, Albert Mangelsdorf f, Don Cherry, Radu Malfatti, ou en solo.

L'intervention de Michel Portal fut essentielle dans la carrière de Léon Francioli: il apprit avec lui le métier du jazz.

A la fin des années 70, après une période diffi­cile, Léon Francioli se tourne vers ses amis lausannois et ressent le besoin impérieux de composer.

En 1982, il crée le quartet BBFC avec Bovard, Bourquin et Clerc. Il trouve une complémenta­rité parfaite avec J.-F. Bovard qui aime et maîtrise l'écriture musicale. Simultanément, Francioli joue, en 1984, avec Pierre Favre et Stan Tracey. Compositeur de musique de film ("Les Petites Fugues", "Le Bus...) il travail­le également pour des compagnies de danse.

Après 10 ans de complicité, d'amitié, de tournées, de disques, le BBFC se dissout en 1991. Dès lors, Léon Francioli se lance dans de nouvelles aventures musicales avec, entre autres, Pascal Auberson et Daniel Bourquin dans un spectacle intitulé "Border Line".

L'imprévu et l'imprévisible érigés en système, Léon Francioli oeuvre pour le dépassement de la notion même d'instrument, envisageant les siens comme champs d'actions sonores, ce qui rend ses concerts particulièrement spectaculaires. Grincements, martèlements, vibrations, cordes caressées, frappées, slappées ou pincées: son univers à base de mélanges n'exclut pas les sé­quences romantiques, chantantes, ou marquées par les lancinantes du blues. Chaleureux et commu- nicatif, son jeu s'appuie largement sur le dialogue avec ses partenaires.

Oeuvre

Créations

Dans le cadre du quatuor BBFC (1981-1991) il participe à de nombreux concerts et festivals en Suisse, en Europe, en Afrique et en Amérique, et est à la base de multiples créations du quatuor.

Musiques de film d'animation :

"Albatros", "Douce Nuit", "Canal Lili", "La Maison Arc-en-Ciel", "Le Zoopte" de Matial Wannaz.

Musiques de film :

"Les Petites Fugues" de Y. Yersin, "Happy End" de M. Schupbach, "Le Mur de Berlin" de Y. Butler, "Requiem" de W. Marti et R. Mertens, film ré­compensé au Festival de Locarno 1992.

Musiques de théâtre :

"Lorenzaccio" d'A. de Musset en collaboration avec Pascal Auberson, "Si Heidi n'en revenait pas" cré­ation en collaboration avec S. Bujard, "Madame de Sade" de Mishima et "Les Jumeaux Vénitiens" de Goldoni, tous deux mis en scène par S. Bujard. "Une Main" de C.F. Ramuz avec A. Abplanalp.

Musiques de ballet :

"Souvenir de Léningrad" et "Fiche Signalétique" de Maurice Béjart.

Créations BBFC "Francioli-Bovard" :

"Musique". "1991", "Andante patriottico ma non fanatico", "La Grande Guerre du Sondrebond" de C.F. Ramuz avec A. Abplanalp.

Création collective : "Liberté Provisoire".

Réalisations récentes :

1992 "L'Oeuf de Gioacchino", création musicalede Léon Francioli
1993 "Border Line", P. Auberson, D. Bourquin, L. Francioli

Discographie

1970 "Noilanga" (Francioli, Sikmore, Cullaz, Favre, Petitmermet)
1972 "Live in Montreux" (Francioli, Favre, Thelin, Minor)
"No, but it may be" (Portal Unit)
1976
"Le Bruit court" (Francioli, Favre)
1979 "Châteauvallon 76" (Portal Unit)
1980 "Humanimol" (Francioli, Chardonnens, Malfatti)
"Arrivederci le Chouartse" (Francioli, Portal, Favre)
1982 "Cherchez l'Erreur" (BBFC)
1983 "Quelle Mémoire" (BBFC)
"Triple Entente" (Mangelsdorff, Francioli, Favre)
1984 "Francioli-Bovard: Musique" (BBFC+9)
"Live" (BBFC)
1985 "Boum Boum Miaouuuu" (Theus, Francioli, Clerc)
"Souvenir d'Italie" (BBFC)
1987 "Papa, live in Montreux" (BBFC)
1988 "1991, Andante patriottico ma non fanatico' (BBFC, D. Hatt et P. Auberson)
1989 "Illusionnistes" (BBFC)
1990 "Strip Music" (Bourquin, Francioli, Studer)
"Acoustic Ladyland" (Francioli, solo)
1991 "BBFC 1982-1987' (BBFC, triple CD)
1992 "Europe" (Francioli, Christov, EJMA)
1994 "Requiem" (Francioli)

 

 

Lu 1692 fois