Prix culturel vaudois jeunes créateurs vidéo 1992

Philippe Nicolet

Réalisateur

 

Informations supplémentaires

Laudatio

QUI, EN PIONNIER, A FAIT D'UN NOUVEAU MEDIA UN INSTRUMENT D'APPROCHE, D'ECOUTE, DE MEMOIRE, DE PARTAGE.

Biographie

Philippe Nicolet est né en 1953, à Lausanne.

li obtient son baccalauréat classique en 1971. Il bénéficie d'une bourse d'études à Minneapolis (USA) où il poursuit en parallèle des cours de journalisme et de criminologie. Licencié en droit de l'Université de Lausanne en 1978, il occupe pendant deux ans le poste de greffier-substitut au Tribunal cantonal vaudois. En 1980, Philippe Nicolet est engagé comme reporter-enquêteur au journal 24 Heures, poste qu'il occupe toujours ac­tuellement.

Il a séjourné dans plus de cinquante pays, dont 6 mois en Thaïlande. Ses voyages lui ont permis de rencontrer de nombreuses personnalités, parmi lesquelles des astronautes, des politiciens, des artistes, des écrivains, etc..

Toutefois, Il s'est essentiellement axé sur des enquêtes à caractère social (victimes de la fami­ne, de la drogue, des sectes, etc.).

C'est au Etat-Unis, en 1971, que Philippe Nicolet voit pour la première fois un magnétoscope. Il comprend dans une illumination qu'une certaine relation de l'homme au monde était transformée par la saisie directe, immédiate et simple de l'é­vénement du décor, des autres, de soi, des choses dites dans la spontanéité. Il ne soucie pas de chercher un public pour les images qu'il se met à enregistrer à partir de 1979.

Le travail de Philippe Nicolet commence avec la netteté de l'enthousiasme. L'absence de spectateur dans son projet l'incite à une sincérité absolue. Son premier film "une minute" est un cri : "Une nouvelle vie commence, une vie vidéo". Il filme sa famille dans sa cuisine. A l'instant même où sa femme met au monde un petit garçon. Il lui souhai­te la bienvenue sans craindre de lui parler, pour plus tard, dans le trop-plein de son émotion. Mais sa curiosité le pousse surtout vers les autres. Il voyage beaucoup. Dans un film extraordinaire, il découvre la Chine. Il rencontre une jeune Cantonnaise, se déplace avec elle et lui apprend à ma­nier la caméra. Prodigieuse démonstration du pou­voir de la vidéo. Le Suisse est vu par la Chinoi­se.

L'oeuvre de Philippe Nîcolet compte sur les années 1980 plus d'une centaine de cassettes de trois heures, portraits de personnalités, rencontres ex­press, événements quotidiens, gags sans futilité, servis par une technique qui se raffine. Le rire, la tendresse et l'émotion font partie, tout comme la confidence, de la vie que la vidéo de Philippe Nicolet parvient, palpitante, à mettre en boîte.

Ainsi Philippe Nicolet s'est-il affirmé, en Suisse romande, sans préoccupation de carrière ni sol­liciter l'attention du public, comme l'un des pionniers de la vidéo et on le découvre au moment où son oeuvre est déjà abondante et d'une excep­tionnelle richesse.

Lu 2343 fois