Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Palmarès 2018

Bernard Cosendai dit Cosey, auteur de bandes dessinées

Laudatio

Des yeux bleus comme un espace entre les nuages ; une ligne claire qui arpente des sommets immaculés à la recherche de Peter Pan ; un regard mélancolique sur la planète, sillonnée en Royal Enfield sous toutes ses latitudes, pour en tirer les couleurs évanescentes de ses lieux de méditation ; un Suisse, observateur des beautés du monde qui se révèlent à lui sans fard ; un enfant des Diablerets qui aurait eu beaucoup plus de travail si les pages n’étaient pas blanches, lui qui aime tant dessiner la neige… un héritier de Derib et Hugo Pratt qui confère au 9ème art des airs de sagesse et de sérénité. Comme Jonathan, Cosey est un éternel jeune homme qui fait rêver toutes les générations. Le voyage continue : la Calypso de ce costaud des montagnes n’a pas fini de voguer.

Grand Prix 2018

Le Grand prix, d’un montant de 100’000 francs, honore une personnalité du monde culturel vaudois qui a enrichi le pays par une œuvre forte et une approche neuve. Cette importante somme apporte à un créateur reconnu le bien le plus précieux : un temps libéré de contraintes financières.

Christophe Guberan, designer

Laudatio

Dès le premier instant, on sent la passion qui l’anime et le motive. Du dessin, sa vocation initiale, il a su évoluer vers le design en y ajoutant son imagination et son sens du beau. Traduire ses idées en formes et en objets qui séduisent n’est pas donné à tout le monde. Lui a su faire cette transition du banal vers la performance et la création artistiques. Ses racines vaudoises, il les revendique. Elles sont au cœur de ses attachements familiaux et amicaux mais elles constituent aussi sa force pour aller vers de plus grands espaces, faire rayonner le savoir et le génie du canton. La valeur n’a pas attendu le nombre des années pour lui. Christophe Guberan, c’est à la fois la joie de créer et de transmettre, de quoi répondre à notre soif de belles choses.

Prix du rayonnement 2018

Le Prix du rayonnement, d’un montant de 20’000 francs, distingue une personnalité du monde culturel vaudois dont la renommée va au-delà des frontières du canton de Vaud et de la Suisse.

Françoise Jaunin, écrivain et critique d'art

Laudatio

Parler de celle qui se cache derrière les mots, de celle qui au fil des ans a rendu l’art accessible à tous, de celle qui en toute modestie partage et transmet son savoir et son intime connaissance du terrain... Que de visites d’ateliers et d’expositions, que de rencontres pour découvrir nombre de créateurs et de lieux, sans chapelle aucune ! Tout en défendant les artistes avec conviction et respect, Françoise Jaunin a aidé plusieurs générations à comprendre les démarches singulières en les expliquant, simplement, et en les mettant en valeur dans leur spécificité. Ses centaines d’articles et d’ouvrages sur les arts plastiques en font une authentique critique d’art dans la plus grande tradition, au regard toujours en éveil, à la curiosité et l’esprit d’ouverture toujours renouvelés.

Prix de l'éveil 2018

Le Prix de l'éveil, d'un montant de 20'000 francs, récompense une personnalité vaudoise qui enrichit la vie culturelle du canton en suscitant l'éveil du public, jeune ou adulte, par son travail de créateur, de médiateur, de formateur ou d'initiateur.

Bruno Pellegrino, Aude Seigne, Daniel Vuataz, écrivains

Laudatio

Traditionnellement, l’écriture est un art solitaire. D’illustres exceptions tels les frères Goncourt ont montré que l’on peut aussi écrire à quatre mains. Bruno Pellegrino, Aude Seigne et Daniel Vuataz, moins d’un siècle à eux trois, font plus fort. C’est ensemble qu’ils rédigent un feuilleton littéraire moins inspiré par Balzac ou Zola que par les séries télévisées : Stand-by, quatre épisodes déjà parus. Membres en outre d’une plus large structure, le collectif AJAR, ils ont appris à gommer leurs egos au bénéfice d’un travail de groupe.  Ce qui, selon leurs propres dires, n’exclut ni prises de tête ni échanges frénétiques. Il leur arrive même de faire revivre en scène et, autre citation, « en live les twists et les cliffhangers de la writing room ». Qu’on se rassure, Stand-by est écrit dans un excellent français !

Prix de la relève 2018

Le Prix de la relève, d’un montant de 20’000 francs récompense un talent émergent et au fort potentiel de développement.

Catherine Leutenegger, photographe

Laudatio

De « Hors-champ », série consacrée aux ateliers de photographes qui pose la question de l’évolution de ce médium qui la fascine, à « Kodak City » qui recense la disparition d’un empire. De « Motel », à l’esthétique de road movie helvétique à « New Artificiality », explorant le potentiel et les limites d’une imprimante 3D, Catherine Leutenegger travaille inlassablement sur l’entropie de toutes choses, de toutes activités. Son travail analytique d’une formidable précision et d’une grande beauté allie humour et amour d’un art en mutation. Elle est l’archéologue de ce qui disparaît lentement ou n’a pas même commencé à disparaître mais témoigne déjà de sa propre finitude.

Prix culturel Photographie 2018

Le prix culturel Photographie 2018, d’un montant de 20’000 francs, met en avant un photographe du canton.

Matthias Urban, metteur en scène

Laudatio

Ne vous fiez pas à son doux regard bleu. L’œil de Matthias Urban se pose avec une lucidité certes bienveillante mais sans complaisance sur la petite et la grande humanité qui l’entourent et si son regard pétille, c’est pour mieux scruter. Acteur, metteur en scène, réalisateur, chroniqueur, écrivain, scénariste, bref, sorte d’homme-orchestre du théâtre, du cinéma, de la radio, de la télévision… et quoi encore ? De son père Janos Urban, qui fuit la Hongrie en 1956, il garde inscrit en lui définitivement ce thème de la liberté apparente et du contrôle de l’homme par l’homme. Ça a l’air pompeux, dit comme ça. Mais ce sont des lanceurs d’alerte subtils qui inspirent le metteur en scène, à l’aise dans le réel comme dans l’absurde : Brecht, Bernhard, Becket, Havel. A suivre… Absolument !

Prix culturel Théâtre 2018

Le prix culturel Théâtre 2018, d’un montant de 20’000 francs, met en avant un photographe du canton.

Valérie de Roquemaurel et Yann Oulevay, souffleurs de verre

Laudatio

D’une idée naît une esquisse. Une esquisse donne un dessin. Un dessin devient une matière. Et la matière se fait danse. Souffler le verre est un pas de deux. Ou plutôt un pas de trois car, devant leur four, les deux verriers dansent avec le verre. Coupé du monde, l’atelier devient un instant une scène. Le four et l’arche de recuite en font le décor, la mailloche, la mouillette et le pontil, les accessoires. Valérie de Roquemaurel, Yann Oulevay et le verre en fusion en sont les danseurs étoiles. Ils nous interprètent leur version actuelle de cette chorégraphie des temps premiers, renouvelant ainsi à chaque fois le pacte secret du feu et de la silice qui donne le verre.

Prix du patrimoine culturel immatériel 2018

Le prix du patrimoine culturel immatériel 2018, d'un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur une personnalité du canton dont l'action a fortement contribué à la perpétuation, à l'évolution et à la transmission d'un élément culturel du patrimoine immatériel vaudois.