Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Barbouze de chez Fior, Quatuor à cordes

Barbouze de chez Fior, Quatuor à cordes Photographe, Amélie Blanc - Illustrations, Francesca Aiello

Laudatio

Les hautes écoles de musique mènent à tout, à condition d’en sortir. Comme Zazie dans le métro, Annick, Camille, Laurence et Sara sont des électrons libres dans le monde de la musique. Comme la créature de Raymond Queneau, elles sont immaîtrisables et ne vont jamais là où on les attendait. Les effluves de Barbouze de chez Fior flottent au-dessus de leur univers musical singulier et sur leur imaginaire sonore expérimental qui nous emmène de La poule au pot moléculaire au tout récent Polysomnographie. Ça plane, mais attention ! C’est une illusion. La musique de Barbouze de chez Fior n’est pas un long fleuve tranquille. Avec humour et sens de la dérision en filigrane, sous ses faux airs de musique répétitive, elle nous attire et nous hypnotise par sa poésie sonore, incisive et intrigante.

Prix culturel Musique 2015

Le prix culturel vaudois Musique, d’un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur un quatuor à cordes du canton : Annick Rody, violon; Camille Stoll, violon; Laurence Crevoisier, alto; Sara Oswald, violoncelle.

Biographie

Né de rencontres au conservatoire de musique, ce groupe créé en 2005 se veut un laboratoire sonore, un lieu d’expérimentation et d’improvisation à l’écart des formalismes classiques. Le groupe multiplie les collaborations notamment avec les Young Gods, Pascal Auberson, Love Motel, Raphelson et Christophe Calpini. En 2012, sort le premier album La Poule au Pot Moléculaire puis en 2014, le deuxième, Polysomnographie. La critique salue l’univers original proposé par ce quatuor dont le nom s’inscrit dans la filiation de Raymond Queneau (« Barbouze » est un parfum « de chez Fior » dans Zazie dans le métro). L’abondance de métaphores culinaires et de formules paradoxales montre la difficulté de classer l’œuvre de ce groupe dans un genre défini : mélange bien relevé d’académique et d’expérimental, réminiscences Mitteleuropa infusées de blues, morceaux salés-sucrés, pizzicatis toniques comme un sorbet. Tous concluent sur le régal de la dégustation.

Annick Rody est née à Fribourg en 1983. Elle débute le violon à huit ans puis étudie au conservatoire supérieur de Genève, dans la classe de Margarita Piguet-Karafilova. A 13 ans, elle remporte le troisième prix Suisse des Jeunes Talents. Dès 1998, elle se produit en soliste avec le Sinfonietta de Lausanne, l'Orchestre des jeunes de Hambourg et l'Orchestre philharmonique de Lublin en Pologne. Elle est membre de l'Orchestre Sinfonietta de Lausanne et de l'Ensemble instrumental Michel Corboz, de 1998 à 2005. Elle prend part à de nombreux projets notamment avec la Compagnie Zappar, Romain Didier, K, Antoine Auberson et Alexandre Cellier et elle se produit dans des festivals tels que le Festival de la Cité de Lausanne, le Paléo Festival de Nyon, le Cully Jazz Festival, le Montreux Jazz Festival, le Festival de jazz de Willisau et le Festival du Belluard de Fribourg. Parallèlement à la scène, elle enseigne le violon au Cercle lémanique d’études musicales depuis 2008.

Camille Stoll est née à Lausanne en 1968. Elle commence le violon au conservatoire de Lausanne avec Margarita Piguet-Karafilova puis étudie auprès de Christine Soerense. Elle obtient en 1991 son diplôme d'enseignement, parallèlement à des études de biologie à l'université de Lausanne. Elle poursuit alors sa formation au conservatoire de Neuchâtel dans la classe d'Anne Bauer et décroche son diplôme supérieur et sa virtuosité en 1996. Elle se perfectionne ensuite en privé auprès de Karen Turpie, Gerald Beal et de Liviu Prunaru et par un passage de 6 mois à l'Orchesterschule W. Hock à Gernsbach, en Allemagne. Camille Stoll est par ailleurs violoniste remplaçante à l'Orchestre de la Suisse romande et à l'Orchestre de chambre de Lausanne, ainsi que professeur de violon au conservatoire de Genève où elle dirige également Les cordes du samedi. Elle prend part à de nombreuses réalisations musicales et. en 2014, participe, en tant que comédienne et compositrice, à deux spectacles de théâtre.

Laurence Crevoisier est née à Delémont en 1972. Elle étudie le violon à la Haute école de musique de Lausanne où elle obtient son diplôme d'enseignement en 1997 dans la classe de Jean Jaquerod. Elle se tourne ensuite vers l'alto et entre dans la classe de Christine Soerensen où elle obtient un premier prix de virtuosité avec félicitations du jury en 2000. Parallèlement à ses activités dans divers orchestres dont l’Ensemble symphonique de Neuchâtel et altiste remplaçante des orchestres de chambre de Lausanne et de Fribourg, elle fait partie de la Compagnie Eustache et occupe un poste de professeur de violon et d'alto au conservatoire de Lausanne. Elle se passionne pour la musique indienne – en particulier en suivant les enseignements du Dr. N. Rajam pour le violon hindoustani – et explore de nouveaux genres musicaux et la composition. Elle participe également à des productions théâtrales, sur scène et comme co-compositrice.

Sara Oswald est née en 1978 à Fribourg. Elle commence le violoncelle au conservatoire de Fribourg avec Diane Déglise puis poursuit avec Simon Zeller. En 1998, elle entre à la Haute école de musique de Lausanne dans la classe de Marc Jaermann. Elle obtient son diplôme d'enseignement en 2002. Elle suit alors les cours d'improvisation de Popol Lavanchy à l’Ecole de jazz et de musique actuelle de Lausanne. Elle obtient en 2008 un postgrade de violoncelle baroque à la Haute école de musique de Genève dans la classe de Bruno Cocset. En 2012-2013, elle accompagne Sophie Hunger dans sa tournée The Danger of Light. Sara Oswald est membre de quelques groupes comme Mmmh!, Goodbye Ivan et la Compagnie Eustache. Elle collabore également avec des artistes tels que Billie Bird, Daniel Perrin, François Vé, Pascal Rinaldi, Olivia Pedroli, Stress et Yvette Théraulaz. Par ailleurs, elle compose de la musique pour le théâtre.

Lu 2042 fois

Media

Portrait vidéo réalisé par Pierre-Yves Borgeaud, Momentum Production