Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Henriette Hartmann, Découpeuse et formatrice

Henriette Hartmann, Découpeuse et formatrice Photographe, Amélie Blanc

Laudatio

Avec une discrétion et une humilité qui n’ont d’égale que sa passion inentamée, Henriette Hartmann a fait sien depuis son plus jeune âge ce savoir-faire aujourd’hui inscrit à l’inventaire du Patrimoine immatériel vaudois. Elle perpétue ainsi, sans la figer dans sa forme, une tradition enrichissante pour le terreau culturel qui nourrit notre inconscient collectif. La délicatesse, une infinie patience, une parfaite maîtrise technique lui permettent de faire vivre et vibrer ses évocations comme autant de poèmes finement ciselés. Par son travail, Henriette Hartmann confirme l’inscription de cet art vivant, issu d’une tradition très ancienne et aux attaches vaudoises très profondes, dans le réseau universel qui est le sien.

Prix du patrimoine culturel immatériel 2014

Le prix du patrimoine culturel immatériel 2014, d'un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur une personnalité du canton dont l'action a fortement contribué à la perpétuation, à l'évolution et à la transmission d'un élément culturel du patrimoine immatériel vaudois.

Biographie

Née à Berne en 1939, Henriette Hartmann fait toute sa scolarité à Berne. Sa passion pour le découpage est née tant à l’école où le découpage est au programme des cours de dessin qu’à la maison où son père découpe des silhouettes d’enfants et même des palmiers. Très tôt, Henriette Hartmann fait aux ciseaux le portrait de ses camarades de classe, ainsi que des forteresses et des mosquées. Plus tard, elle crée des faire-part de mariage, de naissance, ou d’autres événements familiaux. Elle se marie et s’installe à Lausanne en 1964 où elle se consacre à l’enseignement. Plus tard, Henriette Hartmann devient la première présidente de l’assemblée des délégués de la Fédération des Eglises Protestantes de Suisse. Les arts plastiques occupent une place importante tout au long de sa vie. Elle prend des cours dans divers ateliers, en particulier dans le Midi de la France. Depuis plus de vingt ans, le découpage est son occupation majeure. Elle expose ses travaux ancrés dans l’art du découpage traditionnel suisse et se plaît aussi à trouver un style individuel et résolument contemporain. Henriette Hartmann enseigne cette discipline et travaille également sur commande.

Lu 5017 fois

Media

Portrait vidéo réalisé par Pierre-Yves Borgeaud, Momentum Production