Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, cinéastes

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, cinéastes Photographe, Amélie Blanc

Laudatio

Les frères Coen le réinventent aux Etats-Unis Comme les frères Dardenne en Europe; Et depuis peu, c’est un duo de talents féminins qui propulse le cinéma d’ici dans ce monde d’étoiles. Véronique Reymond et Stéphanie Chuat sont les Suissesses Qui prouvent que nulle n’est prophétesse En son pays. C’est le triomphe d’une fidélité en amitié qui remonte à l’adolescence, d’une ascension régulière sans effets spéciaux, ni de manche, ni d’annonce et aujourd’hui d’une large reconnaissance populaire. Leur premier long-métrage est un immense hommage à la vieillesse insoumise, à la mort digne et à la vie qui continue au-delà du deuil. En même temps qu’il marque la naissance, hors des frontières, d’une signature vaudoise dans l’univers du septième art.

Grand prix 2011

Le Grand prix, d’un montant de 100’000 francs, honore une personnalité du monde culturel vaudois qui a enrichi le pays par une œuvre forte et une approche neuve. Cette importante somme apporte à un créateur reconnu le bien le plus précieux : un temps libéré de contraintes financières.

Biographie

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond se rencontrent sur les bancs d’école à l’âge de dix ans. Leur passion commune pour la scène les amène à suivre toutes deux une formation de comédienne. Elles jouent dans de multiples productions théâtrales, télévisuelles et cinématographiques et créent divers spectacles en duo. Parmi eux, …Et la vie continue, Jeux d’enfants ou Lignes de faille.

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond font leurs premiers pas dans le cinéma en intégrant des séquences vidéo dans leurs spectacles. Passionnées par ce nouveau mode d’expression, elles réalisent quatre courts-métrages, Travailler c’est trop dur, Trains de vie, Appel d’air et Berlin Backstage pour lequel elles sont nominées au Berlin Today Award 2004. Ce film est présenté dans divers festivals, parmi eux la Berlinale et le Festival de Locarno.

En 2005, elles réalisent à Lausanne leur premier long-métrage documentaire, Gymnase du soir, petites histoires et grandes études. En 2008, elles participent à Science Suisse, une série nationale, et réalisent Eloge de la biodiversité, court portrait de la biologiste Martine Rahier. En 2009, elles créent leur deuxième documentaire, Buffo, Buten & Howard, une immersion dans la vie d’Howard Buten, artiste à la fois clown, écrivain et psychologue spécialisé dans l’autisme.

En 2010, Stéphanie Chuat et Véronique Reymond réalisent leur premier long-métrage cinéma, La petite chambre, avec Michel Bouquet, Florence Loiret Caille et Eric Caravaca. Projeté en première mondiale au Festival de Locarno 2010 (compétition internationale), ce film a représenté la Suisse dans la course aux oscars 2010 et a reçu deux Quartz au Prix du cinéma suisse 2011 pour le meilleur scénario et pour le meilleur film. Sorti en janvier 2011 en Suisse, La petite chambre compte à ce jour plus de 75'000 spectateurs. Sorti en France en février 2011, il sortira en Allemagne en automne.

Lu 7954 fois

Media

Portrait réalisé par Pascal Forney. Assistante de production Sandy Schmid