Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Kei Koito, musicienne, organiste

Kei Koito, musicienne, organiste Photographie : Mario Del Curto

Laudatio

Force et subtilité sont les mots qui viennent en premier à l’esprit lorsqu’on évoque cette grande dame qu’est Kei Koito. Cette alliance entre ses racines japonaises et sa vie en Suisse où elle pratique son art, débouche sur une maîtrise magistrale de cet instrument qu’est l’orgue. Sous ses doigts magiques, les fugues de Bach prennent une dimension particulière en nous faisant découvrir des sonorités dont nous n’avons pas fini d’explorer le potentiel extraordinaire et souvent jubilatoire. Son jeu sensible de virtuose aiguise notre curiosité auditive et notre attention est captivée par les alternances lumineuses de son interprétation musicale qui a indubitablement des choses à nous dire. Avec elle on a l’impression que la musique danse dans la lumière pour notre plus grand bonheur.

Prix culturel vaudois de musique 2010

Le prix culturel de musique 2010, d’un montant de 15000 francs, met en avant une musicienne, organiste du canton.

Biographie

Etudes

Issue d’une famille d’artistes, Kei KOITO naît à Kyoto, l’ancienne capitale du Japon. Après avoir étudié, dès l’âge de 6 ans, successivement le piano, le violoncelle et le chant, elle découvre l’orgue avec passion à l’âge de 12 ans, qui devient rapidement son instrument de prédilection. Diplômée de l’Université des Arts de Tokyo/Tokyo Geijutsu Daigaku (Premier Prix d’orgue, également des études de clavecin, théorie musicale, musique de chambre, philosophie, esthétique musicale…, toutes couronnées par les plus hautes distinctions), et du Conservatoire de Genève (Premier Prix de virtuosité d’orgue et d’improvisation avec distinction, Grand Prix Spécial de l’année, Prix Otto Barblan pour la meilleure interprétation de J.S. Bach, tous décernés à l’unanimité du jury). Elle a travaillé l’orgue avec Pierre Segond (Genève) et Xavier Darasse (Toulouse), la musique ancienne avec Luigi Ferdinando Tagliavini (Fribourg), la musique baroque avec Reinhard Goebel (Köln), l’orchestration et la composition avec Eric Gaudibert (Genève).

Répertoire et enregistrements 

Se consacrant essentiellement aux répertoires des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Kei KOITO a réalisé plusieurs enregistrements, notamment des oeuvres de J.S. Bach et ses prédécesseurs sur des orgues historiques prestigieux. Ses CDs ont rencontré un accueil chaleureux et enthousiaste auprès du public et de la presse internationale. Dès 1985, la recherche dans le domaine de la musique ancienne devient l’un des pôles majeurs du répertoire de Kei KOITO. Elle adapte son jeu en fonction des principes figurant dans les traités, de ses réflexions et de ses observations sur les instruments historiques, associés à ses inspirations et ses intuitions personnelles.

Elle excelle également en concert dans le répertoire romantique (spécialement Schumann, Brahms, Reubke, Liszt…), en se fondant sur les mêmes principes esthétiques que ceux mis en oeuvre dans la musique ancienne.

Outre ses activités de musique ancienne et romantique, elle a joué, entre 1978 et 1996, de nombreuses oeuvres nouvelles (de Ligeti, Maxwell Davies, Berio jusqu’à nos jours, comprenant des compositeurs de toutes cultures et de tous pays) et s’est beaucoup consacrée à l’exécution de premières mondiales, dont certaines lui ont été dédiées.

La conception des interprétations de Kei KOITO est généralement définie, non seulement par les différentes esthétiques de chaque répertoire, mais aussi par l’impact direct et l’émotion qu’elle suscite sur le public de notre temps.

Concerts

Au lendemain de ses brillants récitals au Victoria Hall de Genève et de l’Auditorium Maurice Ravel de Lyon, elle commence une fulgurante carrière internationale de concertiste.

Considérée comme l’une des organistes les plus intéressantes de sa génération et l’une des interprètes les plus passionnantes de l’oeuvre pour orgue de Bach, Kei KOITO est régulièrement invitée comme soliste par les festivals et les salles de concert les plus renommés à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et du Sud et l’Asie.

Passionnée par la musique d’ensemble baroque et le plain-chant, elle collabore entre autres avec le célèbre ensemble baroque Musica Antiqua Köln pour les Sinfonias/Cantates avec orgue de J.S. Bach et les concertos de Händel, l’Ensemble Gilles Binchois pour les répertoires classique et préclassique français, Renaissance et baroque italiens. Elle joue les concertos de Haydn et Rheinberger avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, le Concerto pour orgue de Francis Poulenc avec l’Orchestre de la Suisse Romande.

Enseignement

Installée à Lausanne où, en tant que pédagogue recherchée, Kei KOITO enseigne, depuis 1992, dans les classes professionnelles d’orgue du Conservatoire/Haute Ecole de Musique de Lausanne, où l’on trouve plusieurs orgues de styles différents qui s’avèrent être de précieux outils pédagogiques.

Dès le début de son enseignement, sa classe d’orgue accueille de nombreux étudiants du monde entier. Nombre de ses étudiants ont été lauréats de concours internationaux, quelques-uns sont organistes d’importantes églises et cathédrales, d’autres sont professeurs dans des conservatoires de musique, et d’autres encore sont devenus des artistes tout à fait originaux.

Elle donne à travers le monde des master classes, spécialement pour l’interprétation de J.S. Bach et ses prédécesseurs. Notamment à la Royal Academy of Music de Londres, à l’Austrian Baroque Academy à Gmunden/Salzburg, aux Conservatoires de Québec à Ottawa, de Rouen, de Buenos Aires et dans plusieurs universités américaines. Elle est également appréciée comme membre du jury dans différents concours internationaux d’orgue, où l’on trouve souvent de fameux instruments (Saint-Omer, Wasquehal, Boulogne-sur-Mer, Maastricht, Aachen, Liège, Genève, Alkmaar, Grand Prix Bach de Lausanne…). En outre, elle donne des séminaires/analyses pour les répertoires de la seconde moitié du XXe siècle à nos jours.

Direction artistique

Ses intenses activités de concertiste et de professeur n’ont pas empêché Kei KOITO de trouver le temps de fonder, en 1997, le Festival Bach de Lausanne, dont elle assure la direction artistique. Ce festival comprend des concerts pour orchestre baroque, ensemble et choeur, des récitals, des conférences, des séminaires dans diverses salles de concerts et églises de Lausanne. Également un concours international d’orgue, « Grand Prix Bach de Lausanne », et une Académie d’orgue qui se déroule autour de différents instruments de Lausanne et de Suisse romande.

Lu 4362 fois

Media

Portrait réalisé par Pascal Forney. Assistante de production Sandy Schmid