Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Marius Daniel Popescu, écrivain

Marius Daniel Popescu, écrivain Photographie Jean-Bernard Sieber et Patrick Martin

Laudatio

Lorsqu'il a imaginé son Marius, Pagnol, c'est sûr, avait anticipé Popescu.

Fils d’un lointain César et avec un bus pour navire, ce Marius-là part tous les jours en voyage poétique dans nos habitudes.

Il perçoit dans les mots et les gens d'ici des sens et des sentiments que nous ne voyons pas.

Venu de ce pays autrefois assommé de tyrannie, lui seul a su dire, entre autres visions révélées, les amours libres et secrètes du Léman et de son rival neuchâtelois qu'il lui arrive de pressentir se vidant l'un dans l'autre.

Comme la rencontre de la France et de Ionesco a fondé un Mouvement, celle de Popescu et de la Suisse a révélé une Ecriture.

Et facétieux enfant globalisé de Pagnol et Ionesco, Popescu plante sa plume dans les fesses du Monde.

Prix culturel vaudois Littérature 2008

Le prix culturel  Littérature 2008, d’un montant de 15’000 francs, met en avant un écrivain du canton.

Biographie

Marius Daniel Popescu a fait des études supérieures de sylviculture et exploitation forestière à Brasov en Roumanie, et il a suivi pendant deux des cours à la Faculté de sociologie de l'Université de Genève.

Poète et prosateur d'origine roumaine, Marius Daniel Popescu est arrivé en Suisse le 1er août 1990 à l'âge de vingt-sept ans, sans savoir parler le français.

Il Commence à apprendre la langue française en travaillant comme bûcheron et se fait engager aux Transports publics lausannois comme conducteur, le 1er août 1991.

Déjà connu comme poète dans son pays d'origine, il commence à écrire de la poésie en français et publie son premier recueil, "4 x 4 poèmes tout-terrains", en 1995, aux Editions Antipodes de Lausanne.

Tout en étant conducteur de bus, Marius Daniel Popescu anime pendant deux ans un atelier d'écriture à la prison de Bochuz (Etablissement des Plaines de l'Orbe) dans le canton de Vaud.

En 2004, il crée le journal littéraire "le persil" qui aujourd'hui en est à son 23ème numéro.

Avec son deuxième recueil de poèmes, "Arrêts déplacés", publié en 2005 aux Editions Antipodes, Marius Daniel Popescu reçoit le Prix Rilke à Sierre, en 2006.

Collaborateur aux revues "Le Passe-Muraille" et "Les Acariens", il travaille pendant plusieurs années à son premier roman, "La Symphonie du loup", qui est publié à la rentrée littéraire 2007 aux prestigieuses éditions José Corti de Paris.

Pour "La Symphonie du loup" lui est décerné le Prix Robert Walser 2008.

Toujours employé des Transports publics lausannois, il continue son activité littéraire en travaillant sur plusieurs projets, dont certains sont soutenus par Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture et le Centre National du Livre de Paris.

 

Lu 3184 fois

Media