Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Carlos Leal, acteur

Carlos Leal, acteur Photographie Jean-Bernard Sieber et Patrick Martin

Laudatio

Tout, todo, alles, everything...
Carlos aurait comblé Jane la divine.
Pour la regrettée Savigny, un vrai comédien devait savoir tout faire :
Singen, bailar, acting.
De Sens Unik à James Bond,
il a donc fait, en quatre langues,
un grand écart tout droit venu du Breakdance.
Longtemps, on a cru que le rap avait été inventé pour lui,
pour servir sa golden voice d’hidalgo segundo.
Mais ce sont les Frères Lumière qui ont imaginé l’écrin,
celui qui révèle vraiment le joyau... fidèle.

Car même mondialisé, loyal, Leal l’est.
De son originel Renens, il a toujours chanté les louanges,
ohne Sehnsucht, mais en rêvant de l’Olympe, enfin si proche.

Prix du rayonnement 2008

Le Prix du rayonnement, d’un montant de 20’000 francs, distingue une personnalité du monde culturel vaudois dont la renommée va au-delà des frontières du canton de Vaud et de la Suisse.

Biographie

Carlos Leal est né en 1969 à Fribourg et a grandi dans une famille originaire d’Espagne à Renens près de Lausanne. C’est là qu’il suit l’école primaire et secondaire technique.

Après un apprentissage de dessinateur en génie civil, il obtient son certificat fédéral de capacités.

Il est co-fondateur et chanteur du groupe de hip-hop « Sens Unik », qui a rencontré un grand succès en Suisse et en Europe depuis le début des années 1990 et jusqu’à sa dissolution en 2005. Ce groupe, qui associe le rap et le chant à des textes critiques sur la société, produit 9 albums dont 4 deviennent disques d’or et fait des tournées en Europe, Afrique et U.S.A. Des collaborations avec MC Solaar ou Fantastischen 4 leur ont valu la reconnaissance du grand public.

Des morceaux de « Sens Unik » ont été utilisés dans des films tels que « La Haine » de Mathieu Kassowitz et « Neutre » de Xavier Ruiz.

En 1993, Carlos Leal est apparu à l’écran pour la première fois dans le documentaire de Samir « Babylon 2 ». Cette expérience et le tournage de nombreux clips vidéo ainsi que la participation à plusieurs pièces de théâtre l’incitent à se former au métier d’acteur. Il suit plusieurs formations à la fois (Naud, Campbell, Garmirian) et il trouve un agent (agence Babette Pouget Paris).

C’est en 2000 que Gianni Schneider, célèbre metteur en scène, propose à Carlos de jouer dans une pièce écrite par Pedro Almodovar « La Vénus des lavabos ». Carlos accepte et joue avec une équipe de 12 acteurs suisses de haut niveau. La presse et le public sont charmés par le talent de ce nouvel acteur. Après ce succès, Carlos joue dans plusieurs créations théâtrales suisses.

Il s’installe à Paris en 2001 où commence sa véritable carrière de comédien.

Depuis, il a participé à beaucoup de projets pour la télévision et quelques longs métrages, dont le dernier film d’Almodovar.

Lu 1741 fois