Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Georges Duplain (1914-1993), journaliste, écrivain et traducteur vaudois

Laudatio

DU JOURNALISTE DE LA GAZETTE DE LAUSANNE, DU CORRESPONDANT û Q^ BERNE, DU DIRECTEUR DE L'AGENCE TELEGRAPHIQUE SUISSE, QUI A L'AGE OU D'AUTRES SE REPOSENT A DONNE AU PAYS TROIS OUVRAGES SANS PRECEDENT SUR SON PASSE LITTERAIRE: D'ABORD UNE FRESQUE DES ARTISTES LIES AUX CAHIERS VAUDOIS, PUIS LE PORTRAIT DE WERNER REINHART REVELANT EN CETTE FLORAISON L'INFLUENCE CONSIDERABLE DU MECENE ALEMANIQUE, ENFIN UNE GRANDE BIOGRAPHIE DE RAMUZ.

Hommage spécial "Plans-Fixes" 1993

 

Biographie

Né en 1914 à Pompaples (VD), Georges Duplain est journaliste dès 1936, à l'Express de Bienne. Il traduit durant la guerre des oeuvres représen­tatives de la mentalité suisse allemande d'alors: "Fusilier Wipf" de Robert Faesi, "La Nuit sans permission" de Kurt Guggenheim, "Terre sans ciel" de César von Arx.

Dès 1943, rédacteur et secrétaire de rédaction à la Gazette de Lausanne, il crée une chronique sociale, mène des enquêtes notamment sur les rapports capital-travail, sur la santé mentale, sur l'évolution de l'horlogerie. Voyage aux Etat-Unis comme boursier.

Il dirige six ans le Journal d'Yverdon. Durant ces années vaudoises, il publie sous le titre "Le Gouverneur du milieu du monde" l'histoire des paysans de Pompaples à l'époque révolutionnaire. Président de la Maison des Artistes du Château de La Sarraz, il y organise diverses expositions, dont la première présentation de Paul Klee en Suisse romande. Avec le volume "La Sarraz, Château du milieu du monde", il groupe textes et images relatifs à ce monument et à la région. Il réunit les Amis du Château de La Sarraz et édite une di­zaine de gravures d'artistes contemporains sur ce sujet. A Yverdon, la découverte de croquis datant de 1810-1820 l'amène à une longue enquête sur un dessinateur inconnu et s'achève par la publication de l'album "Les Dessins de la providence", histoi­re d'une famille huguenote française émigrée en Suisse, en Prusse et au Brésil, avec des croquis anciens.

Dès 1959, Georges Duplain assure la chronique de politique fédérale à Berne pour la Gazette de Lausanne, suivant la vie politique, économique et culturelle en Suisse alémanique. Il réalise de nombreuses émissions de radio, puis de télévision, à ses débuts, sur les affaires fédérales. Impor­tante interwiew de C.G. Jung dans les dernières années de sa vie.

Lors de l'Exposition Nationale de 1964, il rédige pour chaque jour de l'an l'histoire brève d'un é- vènement ou d'un personnage. Ce bréviaire helvé­tique paraît sous le titre "La Suisse en 365 an­niversaires", et reçoit le Prix Paul Budry.

Nommé directeur de l'Agence Télégraphique Suisse en 1967, Georges Duplain en assure la marche et la modernisation jusqu'à sa retraite en 1979. 11 pré­side le Groupe 39, qui réunit les agences d'infor­mation nationales d'Europe. Il dirige ex officio en 1972, la première délégation de journalistes suisses en Chine populaire, qui est reçue par le Premier Ministre Chou En Lai.

Revenu en terre vaudoise, il collabore au clas­sement des archives Jean Monnet, sous la direction du Prof. H. Rieben. Il organise, à La Tour-de-Peilz, l'exposition du centenaire de Paul Budry, présentant des textes de l'écrivain à côté des toiles qui l'inspirèrent. Il rassemble d'importan­tes études de l'écrivain vaudois et les introduit dans l'ouvrage "La Suisse de Paul Budry".

Il compose ensuite "Le Gai combat des cahiers vaudois" première histoire de ce mouvement litté­raire romand des années 1914-1920.

Il découvre à Winterthour de précieux documents inédits d'écrivains, musiciens et peintres ro­mands, révélant le mécénat exemplaire de Werner Reinhart, homme d'affaires qui finança notamment la création, à Lausanne,'de "l'Histoire du Soldat" de C.F. Ramuz et Igor Stravinski. "L'Homme aux mains d'or" rend hommage à cette générosité dis­crète et méconnue et vaut à l'auteur le Prix Jean Thorens de la Société Vaudoise d'Histoire.

Enfin, "C.F. Ramuz: une biographie" apporte la première vue d'ensemble sur l'existence du grand écrivain vaudois et la révélation de nombreuses pages inédites et de son Journal.

Décédé le 12 octobre 1993, le prix est remis à Georges Duplain à titre posthume. Le film, dans la collection "Plans-Fixes", a été tourné au printemps 1993 dans des conditions remarquables.

 

Lu 1238 fois