Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Rolf Kesselring, écrivain, éditeur et journaliste vaudois

Laudatio

Qui, avec les hauts et les bas des héros de BD, a tracé une trajectoire de liberté et a entraîné à sa suite une famille de rebelles au grand talent.

Hommage spécial 1990 Littérature

 

Biographie

Rolf Kesseiring est né le 26 octobre 1941.

Il étudie au Collège d'Aigle, de Combremont-le-Petit et à l'Ecole normale.

De 16 à 26 ans, il séjourne en maison de correc­tions, puis en prison. C'est pendant cette sombre période qu'il se raccroche à l'écriture et au livre.

De 1967 à 1969 A sa libération, Jacques Pilet, Philippe Dubath, Jean-Daniel Schiaeppi et Jean-Luc Ingold lui donnent la possibilité de faire des "piges" pour 24 Heures et l'Illustré. Pour subsister, il vend des nouvelles, des contes à des magazines et des revues françaises et italiennes.

Il écrit des pièces radiophoniques et publie un petit recueil de contes aux Egraz à Yverdon.

Il monte à Paris. Avec Gilles Vigneault, il devient éditeur. Rolf Kesseiring partage son temps entre l'édition, l'écriture et les travaux de chantier.

En 1969, il épouse Françoise, Jurassienne, qui lui donne une fille, puis un fils. Il est rédacteur en chef d'une revue tirée à 240'000 exemplaires.

En 1970, il fonde sa première librairie à Yverdon. 18 mois plus tard, 6 librairies sont implantées en Romandie sous le nom: "LA MARGE". Entre temps, il retourne à Paris pour lancer "Echo des savonnes" avec Mandryka, Gotlib, Brétécher.

Il édite, à Paris, le journal satirique "La Pomme", publie "Les Cahiers du Silence" (Topor, Léo Malet, Charles Dutruits, Arrabal), la revue "Mépris" (Jacques Sternberg, Topor, Claire Parenti, etc.). Il fait paraître le premier roman d'Hortense Dufour, d'Emma Santos, le premier album de Régis Loisel, d'Olivier Taffin, de Sergio Macédo. Il édite à un tel rythme qu'il n'a plus le temps de se consacrer à l'écriture.

C'est Pierre-Marcel Favre qui, au milieu des an­nées 80, le remet à sa table. 4 ouvrages parais­sent : Mémoires de prisonnier (1985), La 4e classe (1985), Putain d'amour (1986), Ca com­mence dans le ventre de sa mère (1987).

 

Lu 2086 fois