Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Philippe Dufour, Horloger

Philippe Dufour, Horloger Photographe, Amélie Blanc - Illustrations, Francesca Aiello

Laudatio

Philippe Dufour est l’incarnation de la tradition horlogère de la Vallée : l’horloger indépendant qui, face à la fenêtre de son atelier, fabrique intégralement des montres d’un incroyable niveau de précision et de finition. Un Trésor national vivant diraient les Japonais. Les internautes, eux, disent le Maître, le Yoda, l’Horloger absolu… Dans l’ancienne école du village, derrière la plaque marquée « Philippe Dufour, horlogerie compliquée », son atelier sent l’huile mécanique et la pipe. Une grande salle remplie de travaux en cours, de pièces anciennes, de prix sur les murs, de photos souvenirs. C’est là que l’artisan-artiste crée ses montres comme on fait des tableaux, jusqu’à décorer l’intérieur « pour celui qui un jour réparera la montre ». L’exigence et la passion du bien fait.

Prix du patrimoine culturel immatériel 2016

Logo Vaudoise

Le prix du patrimoine culturel immatériel 2016, d'un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur une personnalité du canton dont l'action a fortement contribué à la perpétuation, à l'évolution et à la transmission d'un élément culturel du patrimoine immatériel vaudois.

Biographie

En 1967, après ses études à l'Ecole d'horlogerie de la Vallée de Joux, Philippe Dufour entre chez Jaeger-LeCoultre avant de rejoindre General Watch & Co qui l'envoie dans un centre d'assemblage aux Caraïbes. En 1974, il revient en Suisse et commence à travailler chez Gérald Genta avant de rejoindre Audemars Piguet. En 1978, Philippe Dufour rachète un atelier entièrement outillé pour se consacrer à la restauration de montres anciennes, activité par laquelle il approfondit ses connaissances et ses compétences. Les montres anciennes réalisées à l’époque avec des moyens limités le fascinent par leur équilibre, leur fiabilité et l’absence d’usure de leurs pièces. L’inverse de l’obsolescence programmée. Cette idée devient maîtresse de toute vie : des montres qui durent, qui se démontent et se remontent et qu’un horloger pourra toujours fabriquer en suivant les plans. En 1989, il crée sa marque. En 1992, sa montre Grande sonnerie fait sensation à la Foire de Bâle. Sa renommée devient alors mondiale chez les amateurs de haute horlogerie. En 1996, sa deuxième montre, la Duality, une montre est mue par deux cœurs. En 2000, il lance sa Simplicity, une montre simple comme son nom l’indique mais dont le degré de finition est tel qu’il aura fallu 12 ans pour en fabriquer 200. Sur ce nombre, 150 sont au Japon où Philippe Dufour est une célébrité. A tel point que les manuels scolaires qui, sous forme de manga, expliquent aux petits les divers types de montre mettent en scène l’horloger combier. Toujours soucieux de préserver le savoir-faire horloger, il lance avec Robert Greubel et Stephen Forsey, le projet Le garde-temps - Naissance d’une montre. Philippe Dufour est membre de diverses académies et jurys prestigieux. Pour les amateurs de la haute horlogerie, Philippe Dufour incarne l'excellence de l'artisan horloger de la vallée de Joux, terre historique de la mesure du temps et de ses complications. Il brille par sa maîtrise technique autant que par le niveau de finition incomparable de ses mouvements.

Lu 1124 fois

Media

Portrait vidéo réalisé par Pierre-Yves Borgeaud, Momentum Production