Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Palmarès 2004

Thierry Lang, musicien

Laudatio

La nonchalance n’est chez lui qu’une apparence. L’élégance est constante chez ce musicien unanimement reconnu bien au-delà du seul monde des amateurs de jazz. Ses notes bleues ont le style des grands.

Le pays d’ou il vient est petit, mais il l’aime infiniment et lui demeure fidele, ou que le conduisent les fuseaux horaires de la planète jazzy.

Sa musique est fluide, subtile, aux effets tout en nuance ; les notes semblent couler, tantôt comme de l’eau fraiche, tantôt comme un grand vin aux couleurs ambrées ; pas la moindre surcharge ou note inutile dans cette musique sensuelle et inspirée.

Le jazz dans toute sa pureté.

Grand prix 2004

Le Grand prix, d’un montant de 100’000 francs, honore une personnalité du monde culturel vaudois qui a enrichi le pays par une œuvre forte et une approche neuve. Cette importante somme apporte à un créateur reconnu le bien le plus précieux : un temps libéré de contraintes financières.

Marielle Pinsard, metteuse en scène

Laudatio

Sa truite n’était pas de Schubert.

Ses parieurs, ses terroristes, tous ses personnages sont a la fois vrais et complètement décales.

Avec ses chroniques lausannoises, elle a définitivement fait déjanter l’évocation politico – écolo – touristico – socio – poético - urbaine de la capitale vaudoise.

Elle bouscule les structures de l’écriture théâtrale. Non conforme par nature profonde, sur un rythme de sitcom elle nous confronte avec le monde tel qu’elle le voit, et si l’on rit, attention la tête tout de même, le propos n’est pas sans conséquences !

Prix culturel vaudois Jeunes Créateurs Théâtre 2004

Le prix culturel Jeunes Créateurs Théâtre 2004, d’un montant de 15'000 francs, met en avant une metteuse en scène du canton.

Michel Layaz, écrivain

Laudatio

Son écriture à la fois puissante et sensuelle est au service de personnages si humains que l’on ne doute pas qu’ils soient réels.

Il se met en scène avec eux dans ses romans, ce qui ajoute a la force de ses descriptions. En cela, Michel Layaz est un auteur engage.

La société qu’il décrit est la notre, contre laquelle il bouillonne : « face a tout ce qui gène, face a tout ce qui contraint, agace, blesse, se détériore, face a la nullité de la télévision, face a la nullité du politique (militaire ou militant), face a l’économie de tous les pouvoirs, écrire reste un signe de résistance. » Sa protestation est une promesse pour la suite de son œuvre.

Prix culturel vaudois Jeunes Créateurs Littérature 2004

Le prix culturel Jeunes Créateurs Littérature 2004, d’un montant de 15’000 francs, met en avant un écrivain du canton.

Yves Behar, designer

Laudatio

Il franchit l’atlantique comme d’autres le Rubicon, refusant étiquettes et marie allégrement création et marketing dans le design contemporain.

Reconnu internationalement, ce jeune lausannois expatrie à San Francisco, patron d’un bureau de design intègre, passionne par les nouvelles technologies, fait honneur a son pays.

Prix culturel vaudois Jeunes Créateurs Arts Visuels 2004

Le prix culturel Jeunes Créateurs Arts visuels 2004, d’un montant de 15’000 francs, met en avant un designer du canton.

Jérémie Kisling, auteur, compositeur et interprète

Laudatio

Auteur-compositeur-interprète, le timide M. Obsolète est devenu une vraie vedette ici et ailleurs. Il incarne le retour des mélodies et des textes mélancoliques, et pratique l’autodérision tendre. Le succès foudroyant de ce lausannois prouve qu’on peut être prophète en son pays.

Prix culturel vaudois Jeunes Créateurs Chanson 2004

Le prix culturel Jeunes Créateurs Chanson 2004, d’un montant de 15’000 francs, met en avant un auteur, compositeur et interprète du canton.

Marjolaine Piguet, fondatrice de l'Association pour la Formation de Jeunes Danseurs

Laudatio

Marjolaine Piguet

Son écriture à la fois puissante et sensuelle est au service de personnages si humains que l’on ne doute pas qu’ils soient réels. Il se met en scène avec eux dans ses romans, ce qui ajoute a la force de ses descriptions. En cela, Michel Layaz est un auteur engage. La société qu’il décrit est la notre, contre laquelle il bouillonne : « face a tout ce qui gène, face a tout ce qui contraint, agace, blesse, se détériore, face a la nullité de la télévision, face a la nullité du politique (militaire ou militant), face a l’économie de tous les pouvoirs, écrire reste un signe de résistance. » Sa protestation est une promesse pour la suite de son œuvre.

Kim White

Ses premiers contacts avec le canton de Vaud, c’est au prix de Lausanne que Kim White les a eus. Une excellente formation, puis différents engagements. Mais surtout, héritage familial, une vocation : l’enseignement. Mettant ses pas dans ceux de sa mère Nan Klinger, elle dirige le Los Angeles Youth Ballet. Puis, lorsque les circonstances de la vie la mènent sur la riviera lémanique, fonde le Vevey Youth Ballet, une compagnie pour enfants où le goût de l’effort est exalté, la rigueur célébrée, et l’amour de la danse partagé.

Prix de l'éveil 2004

Le Prix de l’éveil, d’un montant de 10'000 francs, récompense une personnalité vaudoise qui enrichit la vie culturelle du canton en suscitant l’éveil du public, jeune ou adulte, par son travail de créateur, de médiateur, de formateur ou d’initiateur.

Claude Nobs, organisateur de spectacle, fondateur du Montreux Jazz Festival

Laudatio

Sans lui, Montreux ne serait pas une perle rare, le jazz n’aurait pas acquis ses lettres de noblesse européennes, le blues ne ferait pas d’infidélités lémaniques au Mississipi, l’harmonica compterait un adepte de moins, Caux ne serait célèbre que pour sa vue.

Sans lui, le pays de Vaud serait beaucoup moins riche et ses habitants, dont ce n’est pas le naturel, ne verraient pas sur eux souffler l’esprit de la fête des les beaux jours revenus.

Prix du rayonnement 2004

Le Prix du rayonnement, d’un montant de 15’000 francs, distingue une personnalité du monde culturel vaudois dont la renommée va au-delà des frontières du canton de Vaud et de la Suisse.

Kim White, fondateur de la compagnie Vevey Youth Ballet Co-lauréate de Marjolaine Piguet

Laudatio

Ses premiers contacts avec le canton de Vaud, c’est au prix de Lausanne que Kim White les a eus.

Une excellente formation, puis différents engagements.

Mais surtout, héritage familial, une vocation : l’enseignement.

Mettant ses pas dans ceux de sa mère Nan Klinger, elle dirige le Los Angeles Youth Ballet. Puis, lorsque les circonstances de la vie la mènent sur la riviera lémanique, fonde le Vevey Youth Ballet, une compagnie pour enfants où le goût de l’effort est exalté, la rigueur célébrée, et l’amour de la danse partagé.

Prix de l'éveil 2004

Le Prix de l’éveil, d’un montant de 10’000 francs, récompense une personnalité vaudoise qui enrichit la vie culturelle du canton en suscitant l’éveil du public, jeune ou adulte, par son travail de créateur, de médiateur, de formateur ou d’initiateur.